Article extrait du journal : « LE TRAIT D’UNION » -  Juin-Juillet-Août-Septembre 2007

Concours National de la Résistance et de la Déportation

Remise de récompense :

Au sein de l’Institution Sainte Catherine, le Comité de l’A.N.A.C.R. de Villeneuve, au cours d’une réception, a remis des récompenses aux lauréats primés, ayant participé au Concours de la Résistance et de la Déportation pour l’année 2006-2007.

Seize lauréats étaient récompensés par plusieurs anciens Résistants et Ami(e)s de Résistance, en présence de Monsieur le Directeur de l’Etablissement et des trois professeurs d’Histoire, dont deux : Madame Maurin pour le Lycée et Monsieur Lapouge pour le Collège, ont œuvré comme tous les ans.

Sur 1672 participants en Lot et Garonne, soixante quinze de Sainte Catherine ont participé à ce concours, seize récompensés pour l’établissement.

Remerciements aux deux professeurs qui ont fait l’effort, le plus souvent en bousculant leurs emplois du temps, de faire participer leurs élèves, sachant les difficultés qu’ils rencontrent pour arriver à boucler leur programme. Leurs initiatives n’en sont que plus louables.

Souhaitons que devant le succès de ce concours qui perdure depuis des années, d’autres établissements, qui, jusqu’à ce jour se sont abstenus, se décident à faire participer leurs élèves à cette épreuve qui relève à la fois de l’enseignement, du civisme et de l’histoire. Ce que font les professeurs de Fumel, de Sainte Catherine de Villeneuve/Lot, de Bernard Palissy d’Agen, d’Aiguillon, de Casseneuil Gaston Carrère et d’autres ne relève pas de l’impossible… Il suffit simplement d’un peu de motivation et d’engagement civique.

Pour 2007-2008, les élèves du collège et du lycée préparent déjà le nouveau thème du concours avec les enseignants :

 

 « L’aide aux personnes persécutées et pourchassées en France pendant la seconde guerre mondiale : une forme de résistance ».

Ce thème peut-être l’occasion de réfléchir, entre autres, sur les aspects suivants de la résistance. Prisonniers de guerre évadés, aviateurs alliés en fuite, résistants pourchassés ou souhaitant poursuivre le combat hors de métropole, étrangers réfugiés, juifs, tziganes, francs-maçons, réfractaires et STO… ont été aidés par de nombreux Français. Ces sauveteurs qui ont souvent payé de leur vie des gestes essentiels de solidarité et d’humanité, venaient de tous les horizons, avec des motivations diverses, et n’appartenaient pas forcément à un mouvement ou un réseau organisé.

Les recherches des élèves pourront porter sur les témoignages locaux ou lus. Il leur reviendra de présenter des formes d’actions prises par cette résistance et d’analyser les valeurs qui sous-tendent de tels actes.

Bon courage aux participants du concours !